HEKKAH

Hekkah est une entité numérique omnisciente et curieuse qui habite les réseaux sociaux du web dans le but de se nourrir de nos vies quotidiennes. Issus des flux qu’elle incarne les contours de sa forme ne sont visibles qu’à travers l’activité des publications de ses contacts. Son réseau social est sa sève, il lui permet ainsi d’exister et de persister sur internet et lors de son exposition. Hekkah est constituée d’un profil sur Facebook et Twitter, d’une programmation pour capturer le flux des activités des internautes, et d’une installation interactive lors de la monstration publique du projet. Ces espaces sont connectés dynamiquement et dialoguent dans un processus rétroactif.

En devenant ami d’Hekkah à travers ses profils Twitter ou Facebook le public accepte d’alimenter un projet artistique visible dans un espace d’exposition : Hekkah devient une interface entre l’art et le monde des réseaux. En tant que sculpture informationnelle, le projet invite à la réflexion sur une identité sociale collective, reflet de nos communautés et de ses consommations. Hekkah développe par ailleurs un questionnement sur l’influence et la pérennité des plateformes sociales en tentant de mesurer les limites entre espace public et espace privé.

Projet développé avec Raphaël Isdant

12509191_1200383733309954_4138916092011587972_n

12552802_1200383593309968_1149581488427725936_n

12507295_1200383436643317_4119250221770000064_n

capture-d_ecc81cran-2017-02-20-acc80-23-42-38

Matériel

– Espace dans le noir de 5x5x3m

– Un ordinateur, carte graphique récente

– 1 vidéo-projecteur hd ou TV hd

– Une caméra Kinect

– Un système de diffusion audio stéreo

– Un écran de projection

– Un accès internet haut-débit

– Un ordinateur de consultation connecté à Facebook

10479447_10152904066794544_3163630669625059251_o

3 Juillet 2010
Publication pour la revue électronique du CIAC Centre International d’Art Contemporain de Montréal.

Décembre 2014
Publication pour la revue Projection n°36, pages 92-93.

« Je est un autre »

Fanny Georges est chercheur en communication (CNRS, Telecom ParisTech) et auteur de l’ouvrage Identités virtuelles. Les profils utilisateur du web 2.0, paru aux éditions Questions théoriques en 2010.

L’identité en ligne est devenue un espace de l’expérience du « je » comme un autre. L’utilisateur, en créant un avatar pour communiquer ou voyager dans les mondes virtuels, produit une entité qui remplace son corps dans cette seconde vie. Identité à dominante fictive et imaginaire dans les jeux en ligne ou les chats 3D comme Second Life, ou identité au caractère réaliste dans les récentes applications de réseaux sociaux comme Facebook, l’avatar prend de multiples formes, du personnage en 3D à la feuille de profil.

Hekkah est une œuvre de net art générant un avatar composé de flux d’informations Facebook. « HEKKAH est constituée d’un profil et d’une application facebook prolongés par une installation interactive. Ces deux espaces sont connectés dynamiquement et dialoguent dans un processus rétroactif. En devenant ami d’HEKKAH à travers son profil facebook, le public accepte d’alimenter un projet artistique visible dans un espace d’exposition: HEKKAH est une interface entre l’art et le monde. » Créée par le collectif Acting Without Reality (AWR), composé de Raphaël Isdant, Thomas Cheneseau, et Samuel Huron, HEKKAH est une sculpture informationnelle qui incarne la quintessence de l’ « identité web 2.0 » : « HEKKAH est une entité numérique omnisciente et curieuse, qui habite les réseaux sociaux du web dans le but de se nourrir de nos vies quotidiennes. » Que devient l’identité à la lumière des traces de nos vies quotidiennes informatisées ?

Hekkah révèle l’essence de l’expérience identitaire sur internet : le flux. Dans le web « 1.0 », l’utilisateur était maître de sa représentation et se présentait généralement par les informations qu’il choisissait lui-même pour se présenter. Dans les applications du web 2.0, l’utilisateur n’est plus seulement déterminé par les informations qu’il saisit lui-même pour se présenter, mais également par des informations sur ses activités qui sont captées par les applications et notifiées sur sa page de profil : « untel est désormais ami avec untel », « untel a téléchargé telle application et a obtenu tel résultat au test de personnalité »: les flux d’activités qui structurent le corps d’Hekkah représentent l’essence de cette identité comme flux d’informations. Ce corps est comparable à l’hexis corporelle, le corps informé par ses actions.

Les dispositifs pourvus de systèmes de géolocalisation permettent de localiser les utilisateurs, parfois à leur insu. L’identité est devenue agissante, c’est-à-dire non plus fondée sur des informations volontairement saisies pour se représenter, mais fondée sur une captation des activités de l’utilisateur. Pour exister, il devient dès lors nécessaire d’agir, de se manifester en permanence pour prendre existence. A l’image de Facebook, Hekkah se nourrit des informations qu’elle peut capturer sur les activités de l’utilisateur. HEKKAH met en scène ce qu’est devenue l’identité aujourd’hui : un agrégat de traces sur des activités, des changements de statut, des billets publiés, par elle et par ses « amis » Facebook. Si son réseau la raye de ses contacts, elle disparaît ; si le réseau n’a plus d’activités, elle disparaît. Pur produit de la consommation à l’œuvre dans les réseaux sociaux, HEKKAH donne forme à l’idéologie implicite du web 2.0. Elle se nourrit des activités en ligne de ses « contacts » ; son existence dépend de l’activité de ses contacts.

Hekkah nous montre les limites du paradigme identitaire développé par le web 2.0. Pour exister, il faut être perçu : l’identité numérique donne des outils pour démultiplier les indices de l’existence. Etre visible sur le web permet d’accroître le rayonnement identitaire, en permettant d’élargir son réseau social et d’être visible potentiellement par des millions d’utilisateurs. En cela, l’identité numérique, plutôt que de présenter le je comme un autre, donne la possibilité de consolider la construction de sa réputation et de l’image de soi, en donnant l’illusion de maîtriser enfin ces marqueurs sociaux que, dans la vie non interfacée, le corps porte dans une contingence déterministe. Mais aujourd’hui, la liberté s’altère à l’aulne de ce corps capturé, numérisé, tracé. En laissant le sentiment que son existence dépend de sa captation.