Exposition BIT20 (Biennale de l’image Tangible)

Exposition collective du 1er au 14 novembre 2018, vernissage de la Biennale de l’image tangible (du 1er novembre au 22 décembre 2018), Galerie Derniers Jours avec Thomas Cheneseau, Nicolas Baudoin, Julien Lombardi et Maxime Touratier.

#NaturalGlitch

« Des techniques d’intervention manuelles sur la matérialité photographique, succèdent aux programmations informatiques de destruction de l’image. Natural Glitch de Thomas Cheneseau (Galerie Derniers Jours) est une série hybride, où la nature de l’image numérique se mêle à l’artificialité de l’erreur informatique. Ces artefacts créent des paysages naturels montrant un pourcentage de l’image « dysfonctionnant » par la corruption du code de l’image numérique. L’erreur informatique surgit, dans ces paysages sublimes, pour affirmer une esthétique fragmentée, répétitive, aléatoire. Des tracés verticaux se succèdent sur l’écume marine, détournée d’une manière telle que son être liquide devient palpable. Au fur et à mesure de la contemplation de l’œuvre, l’esthétique de l’erreur rend l’eau « gelée » des vagues, en rappelant des points d’iceberg laissés écouler vers les abysses. Ces paysages « glitchés », causés par cette forme de ruine informatique, évoquent une vision dystopique d’un futur imminent, en ouvrant à des questions d’actualité sociale et écologique, comme l’impacte du progrès technique et numérique sur notre planète. »

http://www.lacritique.org/article-l-image-tangible
dimanche 16 décembre 2018,
par Valentina Vannelli

Capture d_écran 2018-12-26 à 12.08.37

Capture d’écran 2019-08-28 à 17.02.23

Capture d’écran 2019-08-28 à 17.02.32

Conférence Cartographies sensibles

Cartographies sensibles de la Ville #6

Cartes et graphies des réseaux spatiaux et sociaux : relations et scénographies urbaines

À l’invention du genre « épique » par le poète Homère, avec l’Iliade et l’Odyssée, nous pouvons rapporter la technologie de la voile « supparum » qui accéléra les navigations antiques. Les invité.e.s offrent un état contemporain de recherches menées en sciences humaines et sociales, au regard d’explorations artistiques et de fictions littéraires portant sur la représentation de réseaux spatiaux et sociaux. L’engouement pour ces explorations s’inscrit dans le contexte de l’accélération des mutations observées au XXIème siècle et la modification des échanges entre les groupes d’habitants dans la Ville du Futur. Les intervenant.e.s scénographient une histoire spatiale des relations, de la création d’images, et du partage des savoirs, déplacent notre vision commune des interrelations territoriales, écrivent et rêvent ensemble l’innovation et l’art dans la cité. Le rapport au temps et à l’espace dans les cartes et graphies des réseaux sera mis en débat avec le public, acteur du théâtre urbain et écrivain des métropoles de demain.

Avec :
Marion Maisonobe, socio-géographe et chercheure CNRS – Toulouse
Alain l’Hostis, cartographe images de synthèse et chercheur Univ Paris-Est / Ifsttar – Marne-la-Vallée et Lille
Thomas Cheneseau, plasticien, commissaire d’exposition  (diplômé de l’ENSAD)
Eric Hazan, écrivain, grand explorateur de la capitale, Directeur des Éditions La Fabrique

Ce cycle est réalisé dans le cadre du projet « Ville du Futur » porté par l’Ifsttar en partenariat avec Arcadi Ile-de-France, en lien avec le Labex Futurs Urbains, l’École d’Urbanisme de Paris et la Comue Université Paris-Est.

img_8231

img_8228

WAG

InSitu – For the Widget Art Gallery I worked using an App (Matter) on my phone device – rather than a software on pc – respecting the identity of the WAG itself, in order to create a perceptive noise of the room. By transparency and deformation of the angles of the WAG interior architecture, the gif-animation draws another vision of the showroom space.

IMG_5916

V2

Widget Art Gallery

« The WAG is a pioneering-format I designed as a virtual display environment that exists on IDevices I’ve thought extremely coherent in order to show digital art.
The alternative wag to physical space comes when I’ve realized that the concept of possession has given way to the access. So was born the idea of having an exhibition space available always and everywhere. Due to our needs that seem to be increasingly handheld, WAG was born on 2009. The Widget Art Gallery is a mini single art gallery room that fits into people’s pocket. The virtual gallery-room, every month, directly on people’s mobile, hosts a solo digital art exhibition related and inspired to the dynamic site-specific contest. wag So, the WAG works both as a sort of kunsthall showing temporary exhibitions and as a permanent collection museum, conserving all the past exhibitions inside an online archive. »

A curatorial project lead by Chiara Passa

NOISE

Space Debris is proud to present a series of exhibitions in the new year with the support of Orjin Maslak, in hopes to bring forward the young talents with a fresh, dynamic approach by creating a new space for their voices to be heard. The first exhibition of the series entitled “NOISE”, taking place at the art gallery on -2 floor of ORJIN, is hosting the pioneers of the digital art scene.

Artificial intelligence, digital identities, the unresistable social media, avatars, rapidly increasing, constantly flowing images.. who we are? Do we exist only within our virtual personalities or these digital identities free our voices more?

The exhibition exploring the gray area between the virtual world and contemporary art with the innovative approach of digital arts, presents a selection of unique expressions of thirty one artists, local and foreign, and says to the spectator “thing different, outside the ordinary”. In each “noise” is a reflection of us.

Douglas Kahn explores “sound” used in various art mediums, in his book “Noise Water Meat”, where the exhibition takes its title from, and states that a proper analysis of post-modern society is done by situating it in focal point of art history. These series of exhibitions, inspired by the same book, taking place at “Orjin Sanat” Art Gallery takes a similar approach in analysing the contemporary society for a better evalution and examination of its very own contemporay culture and voices within its geography.
The “Noise Water Meat” exhibiton series are designed to present a genuine and unique program and aims to help promote the new generation artists and contemporary voices to be heard.

The the first group exhibition series entitled “Noise” the Digital Festival, curated by artist Mert Keskin in collaboration with Seyhan Musaoglu of Space Debris, will open on January 12, 2018 and may be seen at “Orijin Sanat” until February 17, 2018.

Artists

Anthony Antonellis, Cacheflowe, Jon Cates, Thomas Cheneseau, Uğur Engin Deniz, Davidope, Adam Ferriss, Tom Galle, Haydiroket, Hexeosis, Kenaim, Mark Klink, Raquel Meyers, A Bill Miller, Lorna Mills, Paula Morales, Esra Özkavcı, Christian Petersen, Peter Rahul, Elena Romenkova, Flavio Scutti, Sholim, Yoshi Sodeoka, Subtlegraces, Tachyons+, Trapers, Jacques Urbanska, V5MT, Chromo Valdez, XCOPY, Sarah Zucker

26850561_10155959035784544_7831002067236078981_o
26758144_10155959035499544_4578649275728980346_o
Capture d_écran 2018-01-19 à 21.03.20
Capture d_écran 2018-01-19 à 21.04.31
26805312_1937654449595760_7862972590631570967_n1

THE WRONG

GFX ERROR happens when video card starts malfunctioning and becomes unable to project the image. But does a broken image represent a fault or it’s a new reality all together?

Do we merely create new realities from these faults? If it’s the sole truth, then what happens to those broken realities around us?

Sometimes, our vision is not what it seems and it always changes when we look at visual inabilities.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

The Wrong biennale is the most compelling digital art biennale today. Its mission is to create, promote and push positive forward-thinking contemporary digital art to a wider audience worldwide through a biennial event that gathers the best art selected by the best, while embraces the young international talents of today’s exciting digital art scene.

@ SPACE DEBRIS, The WRONG EMBASSY TURKEY
Exhibition: November 21st-26th 2017

Opening Reception: November 21st, 18:30
Online Pavillion: November 1st, 2017 to January 31st 2018

GFXFREEERROR curated by Haydiroket

thewrong-2017-slider

Colloque ECOLAB

COLLOQUE INTERNATIONAL / ESAD ORLÉANS
Jeudi 9 et Vendredi 10 Novembre 2017

Le colloque international « Les écologies du numérique » est organisé par l’École Supérieure d’Art et de Design d’Orléans. Il constitue l’événement inaugural des activités de l’Unité de Recherche ÉCOLAB (labellisée par le Ministère de la Culture et de la Communication) spécialisée dans l’étude et l’expérimentation des questions écologiques et numériques dans le domaine du design.

PRÉSENTATION

L’enjeu fondamental du colloque international « Les écologies du numérique » est d’interroger les conditions et les modalités d’une approche « écologique » du numérique à travers les pratiques contemporaines du design. Il repose sur l’idée que l’écologie est irréductible à l’étude et à la protection de la nature, et qu’elle doit par conséquent se comprendre au sens large comme une approche relationnelle, dynamique et complexe pouvant s’appliquer aux milieux artificiels et en particulier au milieu numérique devenu aujourd’hui le milieu associé de nos existences.

Dans ce colloque, il sera non seulement question de ce que le numérique fait au design mais surtout de ce que le design peut faire du numérique et au numérique pour qu’il puisse être moins destructeur pour la nature comme pour l’esprit, pour les choses comme pour les milieux sans lesquels il n’y a pas de création possible ni d’existence digne et vertueuse pour le collectif humain.

Pour initier cette première réflexion sur les « écologies du numérique » dans le domaine du design, plusieurs axes sont proposés sans qu’ils ne soient considérés comme isolés les uns des autres puisqu’ils sont corrélés dans les faits et doivent être pensés en synergie. C’est la compréhension de l’effet de leur interaction qui est finalement visé, mais leur distinction permet de montrer que chaque axe définit un écosystème spécifique qui mérite une étude particulière par la complexité qu’il révèle déjà. Chaque axe présente donc une série de thématiques que le colloque pourra investir et interroger par la voie conceptuelle et par la voie pratique de la création en design.

AXES

1) ÉCOLOGIE MATÉRIELLE : RESSOURCES, RISQUES ET ALTERNATIVES

L’écologie matérielle concerne plusieurs aspects propres aux pratiques de design, qu’elles soient des pratiques de design produit ou des pratiques de design graphique. Elle met en relation l’exploitation des ressources, la dépense d’énergie, le stockage et les déchets produits par l’ensemble du cycle de vie des produits comme des flux de données. La perception du risque écologique a transformé les méthodes de conception et de production, tout comme elle implique une nouvelle manière d’interroger les usages en incitant à élaborer des alternatives ; elle appelle aussi une interrogation sur les modes de représentation du risque pour le designer et pour l’usager.

– produits : extraction et transformation des ressources (terres rares, métaux précieux, plastiques) ; énergie d’alimentation et de stockage pour l’utilisation ; stockage des données ; traitement et élimination des déchets.

– infrastructures : réseaux électriques, optiques, hertziens et satellitaires pour le transport d’énergie et de données ; data centers et climatisation

– méthodes : écoconception ; écomatériaux ; recyclage ; économie circulaire ; Technologies Numériques de l’Information et de la Communication « vertes »

2) ÉCOLOGIE PSYCHIQUE : CAPTURE DE L’ESPRIT ET DESIGN DU SAVOIR

L’écologie psychique concerne l’effet du numérique sur les esprits humains, lequel transforme la perception, l’apprentissage, l’attention, la connaissance, mais aussi l’identité et la présence, donc l’ensemble de la personnalité des individus comme des groupes. Le design graphique est particulièrement impliqué dans ses problématiques par la conception des interfaces, par le design d’information et la visualisation de données, par les usages interactifs et transmédiaux des interfaces, par les nouveaux modes éditoriaux.

– perception : interaction entre numérique et sensibilité (synaptogenèse et organogenèse); perception instrumentée ; perception augmentée (VR)

– apprentissage : image et langage ; simulation ; supports interactifs d’apprentissage ; serious games

– attention : attention profonde et hyperstimulation affective ; économie vs écologie de l’attention ; exploitation du désir (playbor)

– connaissance : signal, information, connaissance ; design informationnel ; lecture analogique vs lecture numérique ; machines à lire, à traduire, à interpréter ; automates algorithmiques ; hypertextualité ; hypericonicité ; participation ; connaissance contributive (wiki)

– identité : traçabilité des comportements off line et on line ; externalisation de l’identité (identité déclarée, agissante et calculée) ; identités multiples (avatars, hétéronymat, vol d’identité)

– présence : mobilité et présence ubiquitaire

3) ÉCOLOGIE SOCIALE : TRANSFORMATIONS DE L’IDENTITÉ ET DES ÉCHANGES

L’écologie sociale concerne la transformation des relations interindividuelles et les nouveaux modes d’insertion, de référencement, d’appartenance, d’amitié et d’échange engendrés par la nouvelle socialité numérique. Il est autant question des nouvelles formes de rencontre, d’alliance, d’appariement, de dialogue, de collaboration que des nouvelles formes de contrôle, de dissociation, d’affrontement, d’exclusion et d’isolement ou encore des nouvelles formes de travail et d’économie.

– performance sociale et réseaux sociaux numériques

– marketing des communautés (community management)

– participation et création collective

– économie de l’attention et contrôle des communautés

– travail du consommateur ; free labor

– économies alternatives : économie circulaire ; économie de la fonctionnalité ; économie conviviale ; économie contributive ; économie du don et du troc

4) ÉCOLOGIE POLITIQUE : NOUVELLES FORMES D’EXPLOITATION ET DE LUTTE

L’écologie politique examine les nouvelles formes d’exploitation et de lutte issues de la réticulation numérique des savoirs et des motivations permises par le web et les réseaux sociaux. Plus précisément, elle concerne autant la réactivation des utopies socialistes et communautaires historiques que les nouvelles formes de transfert de la production et de la responsabilité aux consommateurs, ou encore les enjeux temporels et spatiaux des luttes entre off line et on line.

– mondialisation des théories critiques (post-colonial, post-féministe, post-partisan)

– nouveaux militantismes

– réappropriation des données personnelles (Louise Merzeau)

– contrôle (Yann Moulier-Boutang)

– travail gratuit

– gouvernementalité algorithmique (Rouvroy)

– démocratie et Internet (Cardon)

– éthique : biocentrisme, écocentrisme, déontologie

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Jacqueline Febvre (Directrice de l’ÉSAD Orléans), Ludovic Duhem (Philosophe, Responsable de la recherche – ÉSAD Orléans), Emmanuel Cyriaque (Éditeur, Coordinateur DVG – ÉSAD Orléans), Gunther Ludwig (Historien de l’art, ÉSAD Orléans), Caroline Kassimo-Zahnd (Designer multimedia, ÉSAD Orléans), Franck Cormerais (Université de Bordeaux-Montaigne III), Fabrice Flipo (Institut Mines-Telecom)

PROGRAMME

JEUDI 9 Novembre

Lieu : Centre International Universitaire pour la Recherche (Hôtel Dupaloup, salle de Lecture)

MATIN

9h – Accueil (café)

9h30 – Mot de bienvenue de Jacqueline FEBVRE

Directrice de l’ÉSAD Orléans

9h45 Introduction – Ludovic DUHEM
Responsable de la recherche ÉSAD Orléans
Directeur scientifique ÉCOLAB

AXE 1 ÉCOLOGIE MATÉRIELLE : RESSOURCES, RISQUES ET ALTERNATIVES

10h – Victor PETIT, Philosophe (chercheur associé UTC-COSTECH, École Supérieure de Design de Troyes)

Comment parler de transition écologique et numérique ?

10h45 – Discussion

11h – Pause

11h15 – Gilles CHARIGNON, Architecte (GCA)

Un Data Center de nouvelle génération, une approche conceptuelle globale de qualité environnementale

11h45 – Sébastien BOURBONNAIS, Architecte (ENSAPLV)

Les cadences de l’algorithme. Nouvelle rythmique de la conception architecturale

​12h15 – Emmanuel GUEZ, Artiste et philosophe des médias (PAMAL, ESA Avignon)

Écologie post-muséale des œuvres média-techniques

12h45 – Discussion générale

13h15 – Déjeuner

APRÈS-MIDI

AXE 2 ÉCOLOGIE PSYCHIQUE : CAPTURE DE L’ESPRIT ET DESIGN DU SAVOIR

14h30 –  Dominique CARDON, Sociologue (SciencesPo Paris)

Web génératif ou web extractif ? Remarques sur l’évolution des mondes numériques

​15h15 – Discussion

15h30 – Carola MOUJAN, Designer et chercheure (ESBA TALM, École Camondo)

Le design de la distraction

Pause

16h – Igor GALLIGO, Philosophe (EHESS)

Écologie de l’attention et organogenèse de la catégorisation, l’avenir de l’esthétique

16h30 – Salomé FREMINEUR, Philosophe (ULB)

Le numérique comme langage : d’une intrication et d’un écart

17h – Discussion générale

17h30 Pause

17h45 – Diffusion du film « Milieu » (2015) de Damien FAURE (Hôtel Dupanloup, salle des colloques)

18h45 – Discussion avec le réalisateur

19h Clôture jour 1

VENDREDI 10 Novembre

Lieu : Centre International Universitaire pour la Recherche (Hôtel Dupaloup, salle de Lecture)

MATIN

9h – Accueil (café)

9h30 – Synthèse jour 1 – Ludovic DUHEM

AXE 3 ÉCOLOGIE SOCIALE : TRANSFORMATION DE L’IDENTITÉ ET DES ÉCHANGES

10h – Jean-Paul FOURMENTRAUX, Sociologue (Université Aix-Marseille, EHESS-Centre Norbert Élias)

Art (numérique) et écologie politique

10h45 – Discussion

11h – Pause

11h15 – Thomas CHENESEAU, Artiste multimedia et commissaire d’exposition (Ecole de design de Nouvelle Aquitaine)

Le réseau comme seconde nature: redéfinition de l’identité dans la condition post-numérique

11h45 – Florian HARMAND, Ingénieur et chercheur en design (Université de Bordeaux)

Trahison et repentir du dispositif : vers une éthique de la conception

12h15 –  Frédéric PASCAL, Philosophe et entrepreneur numérique/santé (CIDES-MSH Paris Nord), Alexandre MONNIN , Philosophe (Origens MediaLab, ESC Clermont)

L’innovation technologique et l’ambivalence des communs

12h45 – Discussion générale

13h15 – Déjeuner

APRÈS-MIDI

AXE 4 ÉCOLOGIE POLITIQUE : NOUVELLES FORMES D’EXPLOITATION ET DE LUTTE

14h30 – Patrice FICHLY, Sociologue (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Les nouvelles frontières du travail numérique

15h15 – Discussion

15h30 – Julie BLANC, Étudiante-chercheure (ENSADLab), Antoine FAUCHIÉ, Chercheur en sciences de l’information (IUT2 Grenoble, ENSSIB)

(Re)penser la chaîne de publication : soutenabilité et émancipation

Pause

16h – Anthony MASURE, Chercheur en design graphique (Université de Toulouse)

Écologie de l’attention  et design des environnements numériques : vers une politique des filtres ?

16h30 – Benjamin GAULON, Artiste multimedia et professeur en design (Parsons School Paris)

Hardware hacking and recycling strategies in an age of technological obsolescence

17h – Discussion générale

18h Clôture du colloque